Affichage des articles dont le libellé est Presse. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Presse. Afficher tous les articles

mercredi 18 mars 2020

La princesse mécanique, un projet Ulule

La princesse mécanique, c'est mon nouveau roman, chez Mage éditions, actuellement en campagne Ulule. Il est magnifiquement illustré par Sarah Feruglio.

Je sais que l'heure n'est pas hyper bien choisie, qu'on a tous des soucis, mais quand nous reviendrons à une vie normale, nous aurons besoin de rêve pour laisser tout ça derrière nous. Sans votre aide, votre participation, ou le partage sur vos réseaux, ce livre ne verra pas le jour.

Vous comprendrez en lisant les lignes suivantes pourquoi ce roman est important, pourquoi il porte les valeurs dont nous avons absolument besoin !

Les thèmes principaux de La Princesse Mécanique sont la différence, l'amitié, le courage, le tout saupoudré de magie ! 
Tandis que Stella est applaudie par un public conquis après une représentation à l'Opéra de Paris, un morceau de décor tombe sur elle. L’accessoiriste la jette dans une trappe, elle devient Miette, reléguée dans les tréfonds de l'Opéra. Elle doit réapprendre à vivre loin des feux de la rampe, brisée, clouée dans un fauteuil roulant, elle la si belle danseuse.
Ce texte est important pour moi car il parle de résilience, d'entraide, d'amitié
Comment survivre, et retrouver la joie de vivre, quand un accident ou un événement bouleverse totalement votre vie. Comment passer outre des physiques cabossés pour découvrir la personnalité de ceux qui nous côtoient. Comment accepter l’aide, l’amitié et la gentillesse d’inconnus quand on se déteste soi-même.

J’ai choisi de traiter ces thèmes lourds avec poésie et humour, en faisant intervenir des personnages loufoques et rafistolés au grand cœur. Les magnifiques et nombreuses illustrations de Sarah Feruglio plongent les jeunes lecteurs dans un univers steampunk et coloré qu’ils adorent. Elles lui permettent de s’immerger avec bonheur dans la lecture, de renforcer le texte, de ne pas décrocher, même s’il est un lecteur peu aguerri. C’est très important de l’emmener au bout de l’histoire, et de lui donner envie d’en lire tout de suite une autre !

Si vous cliquez sur le lien, vous découvrirez plein de détails !

Mes post sont rarement graves, mais je tiens à le dire : les éditeurs indépendants ne survivront pas à la crise si on ne les aide pas, si on n'achète pas leurs livres, si on ne les soutient pas.
Oubliez Oui Oui et le loup deux minutes, aidez les petits éditeurs !







Vous voulez en savoir plus ? Une petite interview...

D'avance, merci pour votre soutien les amis, restez chez vous, portez vous bien, je vous embrasse virtuellement !

lundi 6 mai 2019

Un atelier d'écriture dans les Dernières Nouvelles d'Alsace


Du mois de mars à fin avril, j'ai animé un atelier d'écriture avec une super classe de 3ème PPRO du Lycée Stanislas de Wissembourg, en compagnie de la professeur de français Magali Boulesteix et de la professeur documentaliste Marie-Hélène Taillé.

C'est toujours un bonheur de rencontrer des profs impliqué(e)s, dynamiques, bienveillant(e)s, imaginatives dans leur manière de faire travailler les élèves.

L'article décrit bien l'ambiance à la fois studieuse et joyeuse de nos séances de 3 heures chaque mardi, coupées de pauses dégustation de gâteaux !

La nouvelle est écrite, il reste maintenant à l'illustrer et à la présenter aux autres élèves du lycée.
Ils peuvent être fiers les 3ème, ils ont bien bossé, laissé parler leur imagination et produit un chouette texte ! Je les ai vu progresser vitesse V dans leur capacité à construite un texte, utiliser le vocabulaire qu'ils connaissent mais n'utilisent pas spontanément, raisonner pour construire l'intrigue, rebondir sur les idées des autres, affiner leur style... et OSER S'EXPRIMER DEVANT LES COPAINS SANS AVOIR PEUR DE PARAÎTRE RIDICULE !
J'ai adoré ces séances, j'espère qu'eux aussi !

Je laisse la journaliste vous raconter....

Ateliers d'écriture Au lycée Stanislas de Wissembourg, les élèves prennent la plume

Depuis plusieurs mois, 24 élèves de 3e  prépa-professionnelle du lycée Stanislas de Wissembourg s’attellent à l’écriture d’une nouvelle, guidés par l’auteure de livres jeunesse Lenia Major.


Le travail, encadré par Lenia Major, a été collaboratif : chacun a pu apporter ses idées. PHOTO DNA - Guillemette JOLAIN

À l’étage du CDI du lycée Stanislas, l’ambiance était joyeuse mardi en fin de matinée : après de longues semaines de travail, les élèves de 3e  prépa-professionnelle viennent de mettre un point final à leur nouvelle. Un travail d’écriture de longue haleine pour lequel ils ont été guidés par l’auteure de littérature jeunesse Lenia Major.
Autour de l’écrivain, les idées fusent. Chaque élève apporte une idée sur le déroulement de l’histoire, propose une phrase ou un mot. L’écriture est collaborative et avance dans une atmosphère à la fois détendue et studieuse. Lenia Major demande des synonymes, cherche à ce que les élèves développent leur vocabulaire, prête attention à la cohérence, corrige une erreur de syntaxe ou d’orthographe, améliore la ponctuation. Le texte, écrit sur l’ordinateur, est projeté sur un grand écran pour que tout le monde puisse suivre.

Un projet interdisciplinaire

Après cinq séances de trois heures chacune débutées en mars, la nouvelle de science-fiction est achevée. Et au fil des semaines, tant Lenia Major que la professeure de français Magali Boulesteix ont vu les élèves évoluer. « Au début, ils manquaient de confiance en eux, ce n’était plus le cas en fin de parcours. C’est une classe peu habituée à la lecture, encore moins à l’écriture. Pour eux, les écrivains font partie du patrimoine. Voir Lenia en vrai, aussi dynamique et accessible, désacralise l’écriture », a commenté Magali Boulesteix.
Avant de prendre le stylo pour faire naître leur histoire, les élèves avaient planché, depuis janvier, sur différentes thématiques. Car le projet est interdisciplinaire. En amont du travail d’écriture, ils avaient commencé, en cours de français, par étudier le genre de la science-fiction — inscrit au programme —, avant d’écrire une ébauche d’un petit scénario, dont les idées ont finalement été fusionnées. Ils avaient également étudié le livre de l’auteure Les Cranards de Mars , dans lequel il est question de génétique, de robotique et, bien sûr, de la planète Mars. Des thèmes qui ont été travaillés en sciences avec Jacqueline Amann, en biologie avec Céline Lambin et en technologie avec Christophe Deneuchatel.
«C’est une classe peu habituée à la lecture, encore moins à l’écriture. Pour eux, les écrivains font partie du patrimoine. Voir Lenia en vrai, aussi dynamique et accessible, désacralise l’écriture. Les élèves ont pris confiance en eux. »
Magali Boulesteix, professeure de français
En arts plastiques, avec Sylviane Zint, ils ont abordé le thème du rétro-futurisme afin d’illustrer leur nouvelle et ils s’apprêtent à en imaginer et réaliser la couverture. Enfin, avec la professeure-documentaliste Marie-Hélène Taillé, ils ont mené un travail sur le roman et les ressources documentaires. Les élèves en ont profité pour répondre à un petit questionnaire sur leurs goûts en lecture, permettant ainsi à la documentaliste de commander des ouvrages qui les intéressent. « Ce travail les incite d’ailleurs à franchir plus fréquemment les portes du CDI », assure Magali Boulesteix, ravie de l’investissement des élèves. « Ils n’avaient pas l’impression de travailler alors qu’au fil de l’écriture de la nouvelle, ils ont par exemple revu la conjugaison, l’orthographe, ont travaillé la réflexion. » L’écriture de cette nouvelle est intégrée au « parcours artistique et culturel des cycles de 3e : les élèves pourront choisir de la présenter à l’oral, explique Magali Boulesteix. Ils devront alors expliquer et argumenter leur choix, et décrire leur investissement dans le projet. » Investissement qui a été sans faille, les jeunes ayant montré un réel enthousiasme (lire l’encadré) à travailler avec l’auteure.
Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que Lenia Major intervient au lycée (*). «Elle était venue présenter son livre Caballero aux élèves de la 3e  prépa-professionnelle de l’an dernier. Et cela s’est tellement bien passé, les élèves avaient tellement bien accroché que nous avons souhaité mener un travail de plus grande envergure cette année », explique Magali Boulesteix, précisant que le projet avait pu voir le jour grâce à un soutien de l’Académie via le dispositif Gip-Acmisa qui vise notamment à favoriser l’accès égal à la culture et à encourager l’innovation pédagogique et artistique au sein des équipes éducatives.

Bientôt sur le site internet du lycée

Désormais à l’aise dans le travail collectif d’écriture, les élèves étaient fiers à la fin de la séance de mardi. D’autant que leur nouvelle, pour laquelle il restera encore à trouver le titre, devrait être diffusée au-delà de leur classe : elle devrait être étudiée par d’autres élèves, notamment dans la classe d’Isabelle Wilhelm, et sera disponible, en format numérique sur le site internet du lycée — les écrivains en herbe auront droit quant à eux à une version papier, remise lors d’une cérémonie organisée en présence de leurs parents.
(*) Lenia major a profité de son passage au lycée Stanislas pour intervenir dans une classe de 1res  et de CAP vente pour y présenter son livre.
Verbatim des élèves
Andréa: «C’était bien comme projet car on a pu inventer, faire nous-mêmes, créer une histoire. » 
Charline: « C’était cool de partager nos idées. On est parti de quelques phrases, de quelques idées et on est arrivé à écrire autant de choses. C’est incroyable."
 Kevin: « On a appris que l’on pouvait faire quelque chose.»
Laurine: « Je ne pensais pas qu’on serait capable de faire ça. »
Agathe : « Je ne me pensais pas capable d’écrire, d’avoir autant d’idées et d’imagination. »
Elsa: « On a tous pu dire nos idées et on a appris à mettre de côté notre timidité. »
Ryan: « On a appris à s’exprimer devant les autres.»


mercredi 2 mars 2016

Vive le tri sélectif

Toujours pour le magasine Caramag de l'agglomération de Royan, je retrouve mon complice Piou Piou et ses adorables personnages.

Voici comment réaliser un tri ultra-efficace pour garder la Nature propre !


mercredi 3 juin 2015

Caramag juin 2015

Comme un air de vacances et de plage déjà, dans le strip de Laurent Pinaud pour le magazine Caramag de juin 2015.


Alors on respecte les consignes des maîtres nageurs et on met sa crème, les petits loups !

dimanche 3 mai 2015

Le début de la gloire !

Je vous avais raconté il y a quelques temps le défi lancé par la musique municipale de mon village : leur écrire un conte qui lie les musiques choisies.

Au goûter, voilà-t-y-pas (chassez la Normande, elle revient au galop) que je feuillette distraitement l'Appariteur, journal municipal mensuel déposé dans la boîte aux lettres.
Entre deux gorgées de thé au citron, je vole au-dessus des délibérations concernant le tri sélectif, le fleurissement des ronds-points et GLOU, m'étouffe-je et m'ébouillante-je.
De qui qu'on parle-t-y (la faute à la pluie qui tombe depuis 3 jours, je me sens repousser les bottes en caoutchouc et les branchies que j'ai mis 10 ans à perdre) ?

A quand la place, la rue ou le collège Lenia Major ? Je vous le demande !


Pour être honnête, je ne suis pas pour grand-chose dans ce magnifique moment musical.
Les musiciens, organisateurs et le conteur ont tout fait...

vendredi 27 mars 2015

Un concert plein de mystères...

A l'occasion de son concert annuel de printemps, la musique municipale de Soufflenheim m'a demandé de rédiger un conte fil rouge pour guider le public sur son chemin musical.
Un véritable défi de relier des musiques de film, des marches traditionnelles et la Salsa du démon !

Un moment très émouvant pour moi, grâce au conteur, aux musiciens qui ont joué le jeu avec enthousiasme, se sont prêtés à mes fantaisies et se sont déguisés pour surprendre l'assistance entre leurs morceaux exécutés avec brio. 


Un grand merci aux organisateurs, dont Evelyne et Daniel Huck pour leur confiance et leur implication !

On se retrouve l'année prochaine ?

dimanche 1 février 2015

Soufflenheim - Collège Albert-Camus La tête dans les étoiles - Article DNA

Un bel article paru le 30/01/15 dans les Dernières nouvelles d'Alsace, pour retracer nos aventures dans l'espace intergalactique. On a l'air sérieux, là. Faut pas croire, on s'amuse beaucoup, surtout qu'on a le droit de dire caca de chameau... et pipi de gecko ! 


"Les élèves de la classe de 5e 1 du collège Albert-Camus vivent une expérience assez rare : plongés dans l’univers des lettres, ils se sont donnés pour mission d’écrire un livre avec l’aide d’un écrivain, Lenia Major.


Les idées fusent et les secrétaires de séance s’affairent pour noter les trouvailles des élèves guidés par Lenia Major. PHOTO DNA
Tout a commencé par la lecture du nouveau récit de Lenia Major, Galaxine et les anneaux de Saturne , avec leur professeur de français, Mme Franck.
L’histoire pleine d’aventures et d’humour a entraîné les élèves dans l’univers des planètes qu’ils ont exploré avec leur professeur de sciences physiques, Mme Zimmer.

Galaxine et Aérofrin

Après avoir invité l’auteur à une dégustation très spéciale de gâteaux qui semblaient venir d’ailleurs et rebaptisés «Chocomète» ou «Croust’étoiles», et d’un échange nourri de questions très précises sur le travail d’un auteur de littérature jeunesse, les élèves apprentis écrivains se sont lancés dans l’écriture de la suite des aventures des deux héros, Galaxine et Aérofrin.
Forts des connaissances acquises, ils ont suivi les conseils de Lenia Major pour élaborer le synopsis lors d’un brainstorming très fructueux. Et grâce à l’auteur, ils n’ont pas connu les affres de la page blanche, quand ils ont abordé l’écriture du premier chapitre, même s’il n’a pas été facile de trouver la première phrase du roman !

Repartir avec son livre

Les élèves se sont lancés, telle l’héroïne du livre, sans peur et avec humour dans cette aventure qui va se poursuivre encore quelques semaines.
Certains élèves particulièrement inspirés et aimant manier le crayon, ont commencé quelques esquisses.
Avec leur professeur d’arts plastiques, Mme Castel, ils illustreront leur récit, et d’ici la fin de l’année, chaque élève pourra repartir avec son livre. En attendant, il reste encore un bon bout de chemin à faire et de nombreux chapitres à rédiger, mais toujours la tête dans les étoiles."

vendredi 5 décembre 2014

Un garçon, un crabe, une mouette, la suite !

Toujours illustré par Laurent Pinaud, alias Piou Piou, les trois héros du magazine Caramag reprennent du service.
Cette fois, ils parlent aux jeunes lecteurs de l'agglomération de Royan du développement durable, des économies d'énergie...

Toujours aussi choux, non, ces trois zozos ?


mercredi 17 septembre 2014

Les aventures de Krabi et la mouette !

Avec Laurent Pinaud aux crayons, Krabi, la mouette et leur jeune copain poursuivent leurs aventures dans le magazine de l'agglomération de Royan, Caramag.

Cette fois-ci, on parle logement...


jeudi 19 avril 2012

Où l'on parle des Editions D'abord des Enfants

Un joli article vient de paraître dans les Dernières Nouvelles D'Alsace, sous la plume d'Emilie Skrzypczak, pour annoncer la naissance des éditions D'abord des Enfants.



J'en profite pour vous annoncer que dans quelques jours, vous pourrez télécharger deux nouveautés : un roman jeunes lecteurs, Duboulon et Miss Ferraille (illustré par le bionique Anbleizdu) et un album, Jo la Tignasse (sous les pinceaux de Marie-Pierre Tiffoin). 


A très bientôt, alors ?

mercredi 7 mars 2012

D'abord des enfants à l'honneur sur "Mes premières lectures"

Nathalie Damide, journaliste pour les sites Yabook et Mes premières lectures a eu la gentillesse de mettre en avant "D'abord des Enfants", la maison d'édition numérique qui est ouverte depuis le 1er mars.


Cliquez ! si vous voulez en savoir plus ...



mercredi 4 janvier 2012

La fille aux licornes, aux éditions Talents Hauts, gagne une jolie critique dans le magazine Fleurus "Le monde des ados". 

Ascane et Météor adorent être applaudis, mais pas trop fort tout de même, la licorne n'est pas familière des bruits soudains !



vendredi 23 décembre 2011

Zacchary a l'honneur

Les oursons précoces sont à l'honneur dans la chronique de la newsletter l'internaute livres :
la précocité enfin expliquée aux petits.
Vous pourrez y lire un excellent article de Nathalie Damide sur les forces, mais aussi les faiblesses de nos zèbres, l'incompréhension à laquelle ils doivent souvent faire face (et leurs familles itou).
Elle y parle aussi de notre Zac, qui doit sa bouille craquante à Louvenn, l'ourson qui, depuis 2005, tend la patte à ses centaines de COPains et COPines du Club des Oursons Précoces.
Vous pourrez enfin y lire une interview de la Grande Ourse (quoi , j'ai pas le droit de me prendre pour une star ?). Vous saurez le pourquoi du comment du quand et du où de cet album.
Je vous rappelle que Zacchary ne traîne pas partout. Il n'est pas comme ça, le Zac ! On ne peut le trouver que dans un endroit où on l'aime : le site de sa môman !
Vive les oursons précoces et vive le miel !

dimanche 13 novembre 2011

Le Père Kalloteur

Vous avez bien lu, il s'agit du Père Kalotteur, et non du Père Kollateur. de toute façon, comme chacun sait, c'est grand-mère , qui sait faire du bon café.
Bref, revenons à nos capsules, les joyeux zouaves, menés par Thierry Kallot, de cette célèbre émission de France Bleu Alsace, m'ont accueillie la semaine dernière pour présenter la saga du Prince des Maudits. Dans la bonne humeur, c'est le moins que l'on puisse dire !


Si vous avez envie d'écouter leurs bêtises, éventuellement les miennes, c'est ici (et encore, le montage a bien épuré les délires...) :
le Père Kalloteur
Attention, il vous faudra real player pour que le lien fonctionne.

mercredi 9 novembre 2011

Tournez la page et Lou Chérie à l'honneur

Dans l'agenda Clermontois, vient de paraître un article très agréable sur la maison d'éditions Tournez la page, avec qui j'ai le grand plaisir de collaborer. Mis en avant, notre Lou Chérie (illustrée par l'adorable Jennifer Trican) montre fièrement son joli minois et ses nouvelles lunettes !



mardi 4 octobre 2011

La fille de l'Araignée étend sa toile !

Il est démasqué ! J'ai tout compris. C'est mon mari qui paie les bloggers et les critiques, afin que je sorte de ma poubelle.
Non mais avouez que tant de billets, si bons, pour La fille de l'Araignée, en si peu de temps, c'est louche ! Mon ego sous-dimensionné a du mal à y croire...

Cette fois, c'est Jean Rébillat, pour Actusf qui a craqué pour la peu conventionnelle Eva.
Par contre, je vous jure que ce monsieur n'est pas un mien cousin, même à la mode de Bretagne.

Ou alors, Eva et Emil seraient vraiment deux personnages hors du commun et attachants ? Mais là, je n'y suis pour rien, car si je n'écrivais pas ce qu'ils me dictaient, ils menaçaient de me coller un mawashi geri ou autre joyeuseté ! J'ai dû obéir...


vendredi 30 septembre 2011

La fille aux Licornes, Lou Chérie et Bibi !

Les interviews ne sont pas ma tasse de thé. Habituellement.
Mais cette fois, la journaliste était tellement sympa que j'avais l'impression de discuter avec une copine, devant un gâteau à la crème.
Merci donc à Nathalie Damide, des site Yabook et mes premières lectures pour ce moment souriant, et pour sa patience face à mon skype plus que capricieux (ben oui, quand on habite au bord de la forêt, en bout de ligne, la connexion est disons... aléatoire. Pour rester polie !).
Vous pourrez retrouver ici sa critique de La fille aux Licornes, et ici, celle de Lou Chérie.


Si la fille aux licornes ne sort en librairie que le 06 octobre, mais que vous êtes impatients de rencontrer Ascane, Fergall, Erdnaël, le sévère Séber et le beau METEOR, vous pouvez d'ores et déjà le commander sur le site des Editions Talents Hauts.



mercredi 27 juillet 2011

Le Prince des Maudits

En attendant de partager avec vous, bientôt, la couverture du deuxième tome du Prince des Maudits, le magazine francophone du handicap Yanous me fait l'honneur d'une critique sur la Fille de l'Araignée.


520 ans dans le passé ! Tel est le bond qu'a effectué Eva en chutant du haut d'un château alsacien en ruines. Et elle s'y retrouve au coeur d'une lutte acharnée pour le fief du jeune prince Emil de Bade, adolescent comme elle. Tous deux doivent fuir la horde d'assassins qui veut terminer l'extermination d'une lignée seigneuriale, avec comme seules armes leur intelligence, l'intuition générée par la cécité du prince et la maitrise du karaté d'Eva. Des moyens insuffisants, mais des forces fantastiques lui viendront en aide, elle qui est la fille de l'Araignée... Lenia Major plonge le lecteur dans un récit haletant d'épisodes guerriers d'une époque moyenâgeuse, premier tome d'une série titrée "Le prince des Maudits" dans une nouvelle collection de romans d'heroïc fantasy.


Sur le même site, vous retrouverez Alcofribas, de Pierre Crooks, un roman drôle et très sympa illustré par Gynux.
Vive Balivernes !

samedi 5 février 2011

Mais de qui parle-t-on encore et toujours (comme on dit ici, en Alsace) ?

Le premier qui me répond Eva ou la fille de l'Araignée gagne un caramel au beurre salé ! Attention, je ramasse les copies dans 5 minutes.

D'abord convaincue d'être tombée dans une "émission de télé-réalité débile" et peu adepte des voyages spatio-temporels, Eva va accepter la mission intiatique qui lui a été étonnamment confiée. Le résultat est un roman fantasy agréable et facile à lire, grâce à une intrigue pleine de rebondissements à la fois réalistes et fantastiques. L'écriture est enlevée et pleine de l'humour d'une Eva qui, avec son "rab' de neurones" n'a pas la langue dans sa poche ! A conseiller à tous les amateurs du genre.
NLC (http://www.choisirunlivre.com/fiche_lecture.php?livre_id=13801)

Et pour les impatients du tome 2, un indice : le chapitre 13 ne leur a pas porté chance. Pas du tout...

mardi 1 février 2011

La fille de l'Araignée (toujours !)

Une nouvelle petite critique sympathique de La fille de L'Araignée, qui devient très cabote et commence à regretter qu'on ait pas encore inventé les lunettes de soleil au XVème siècle :
Eva est en voyage scolaire avec sa classe dans les ruines d'un château allemand quand soudain elle est aspirée en plein Moyen-âge, au coeur d'une bataille. Et comme si le choc n'était pas suffisant, elle se rend compte que c'est sur elle et sa maîtrise des arts martiaux que repose la seule chance de sauvegarde du Prince Emil.
Voici une nouvelle série de fantasy qui démarre, avec les ingrédients et rebondissements habituels du genre et puis quelques zestes d'originalité propre, comme les descriptions de combats et les techniques sur lesquelles elles s'appuient.
Deborah Danblon (Libbylit N°96 Nov.-Dec. 2010)

Quant aux lecteurs qui se demandent si le 2ème tome avance. Eh bien, oui, je les rassure, il avance à grands pas.
Eva et Emil sont actuellement dans une situation délicate, cernés par la mort. Chuuuut, vilains curieux, vous n'en saurez pas plus !